Nov.2010, Séminaire comparatif/ anthropologie des pratiques judiciaires

Séminaire comparatif: Anthropologie des procédures judiciaires (Europe, Afrique, Asie du Sud)

Organisé avec le soutien du Centre d’Etudes Himalayennes (UPR 299), Mardi 30 novembre 2010, Villejuif

>>> Voir l'annonce complète

>>> Ecouter l'enregistrement des interventions

Le développement de l’anthropologie juridique amène une connaissance croissante des dimensions culturelles de la justice dans différentes sociétés, et de l’articulation complexe entre cours de justice et instances non officielles d’arbitrage et de négociation des conflits. Les évolutions sociales et politiques, l’influence de groupes de citoyens animés par des perceptions renouvelées de la notion de justice, la volonté de réforme de certains gouvernements, la référence à des normes internationales, concourent à créer de nouvelles situations judiciaires qui témoignent de rapports de forces changeants au sein des diverses sociétés, et dans les relations de celles-ci avec une dynamique plus générale de mondialisation. Dans ce contexte, si la production des lois et des règles, d’une part, les résistances ou les ajustements des personnes à des niveaux locaux de la société, d’autre part, font l’objet d’études régulières et approfondies, il reste souvent à mieux comprendre les processus mêmes par lesquels des décisions de justice ou d’arbitrage sont rendues.

L’objet de cette première journée de réflexion comparative est de rassembler des anthropologues ayant une connaissance directe de ces procédures dans les régions où ils travaillent (Europe, Afrique et Asie du Sud) afin de rapprocher leurs expériences et leurs analyses. L’ambition de ce séminaire sera ainsi de combiner description ethnographique précise des processus de jugement ou de compromis, dans ou hors les cours de justice « officielles », avec une réflexion d’ordre méthodologique : comment l’anthropologue peut-il mener son travail dans le cadre de procédures opposant des parties en conflit ? Comment penser les rapports effectifs entre la formalisation du système judiciaire et les rapports de force concrets qui structurent la société ? Quelle anthropologie du fonctionnement de la justice est-elle possible ? A partir de terrains ethnographiques l’objectif est de montrer en quoi des études de cas envisagées en termes de processus ouvrent à une compréhension anthropologique renouvelée de ce que sont le pouvoir et la loi.

 

Programme

I. RENDRE LA JUSTICE EN SOCIETE

Modérateur : Gilles Tarabout (CNRS – LESC)

  • Daniela Berti (CNRS - Centre d’Etudes Himalayennes) : Pouvoirs locaux et contraintes judiciaires dans les procès criminels en Inde
  • Devika Bordia (CNRS – Centre d’Etudes Himalayennes): The Politics of Law and Governance. Panchayat-State Practices at the Margins of the State in Western India.
  • Yazid Ben Hounet (Institut Max Planck) : « La réconciliation (sulh) c’est la base ! » A propos des articulations entre cours de justice et instances non officielles de réconciliation (Algérie/Soudan).
  • Maud Saint-Lary (IRD) : Concilier par l’islam, ethnographier l’intime. Anthropologie d’une pratique de justice islamique et de ses coulisses.
II. L’ALTERITE JUDICIAIRE

Modérateur : Gilda Nicolau (Université Paris 1, LAJP)

  • Véronique Bouillier (CNRS – CEIAS) : Comment juger l'autre. La Cour d'assises de Seine Saint-Denis face aux accusés d'Asie du Sud.
  • Maria Couroucli (CNRS - LESC et Ecole Française d’Athènes): Traduire. A propos de la procédure du recours devant la Cour Nationale du Droit d’Asile.
  • Deborah Puccio-Den (CNRS - GSPM-Institut Marcel Mauss) : Juger la mafia. Catégorisation juridique et économies morales en Italie (1980-2010).
  • Elisabeth Claverie (CNRS - Institut Marcel Mauss) : La Création et la mise en place d'incriminations par les Cours pénales internationales, TPIY et CPI.